En ces temps de fraicheur, on se met au diapason pour tester une distro russe appelée ROSA.
J'avais vu quelques notes la concernant (dont le rapport détaillé sur linuxfr). J'étais assez intéressé par le travail qui avait été fait au niveau de l'intégration KDE, un petit test en virtualbox m'avais semblé prometteur, j'ai donc tenté une installation en dur pour voir à la fois l'installation et faire un bout de chemin avec Rosa en poste de travail au quotidien.

L'installation est faite via clé USBet a été vraiment un cauchemar de bug (en live OS) mais au final Rosa tourne sur mon laptop (et j'ai appris des choses sur les crashs recovery et restore linux).
C'est vraiment parfait, tout est doux bien fini (même les fontes firefox, point noir bien souvent sous KDE), seul bémol ca fait très très Windows (fond d'ecran, bouton des fenètres, login manager), mais tout ca se configure facilement.


rosa1.jpeg rosa2.jpeg










L'ecran de droite montre le remplaçant du menu K sous forme de dash type unity/gnome. C'est pas si différent du menu KDE4 mais l'idée est bonne, on voit une recherche sur touch pour configurer le touchpad (ca marche du 1er coup). Pas mal sans être révolutionnaire.
La vue de gauche sur le desktop par défaut FF + desktop, le style est pas très moderne mais bien fini, on voit le dock manager Rosa.
Après l'installation j'upgrade l'OS, urpmi.xxxx urmpa.yyyy vraiment très peu naturel, d'autant plus qu'il faut faire un add media ...
Je m’aperçois que des popups me proposent de gérer les update, bonne nouvelle car en ligne de commande c'est un peu barbare.
L'outil graphique d'installation de package est étonnamment basé sur gtk (en perl), pas super top mais suffiant.
Après avoir resynchronisé ma distro sur mes données perso via mon script de post install, je m’aperçois qu'il manque plein de plasma KDE.
En cherchant et découvrant les commandes mandriva de gestion de package, je fini par trouver les plasma qui me manquaient et j'ai rapidement le desktop habituel.
Le set d'application livré standard me semble quand même assez restreint mais le catalogue d'application par contre à l'air bien fournis, je retrouve même les fonts ubuntu que j'aime tant, bumblebee pour ma carte optimus (et drivers proprio necessaires), bespin ... rien ne manque.
Les update sont récentes, les packages nombreux, ca se présente très bien.
Je m'inscris au "ROSA 2 safe" (disque cloud gratuit) ca semble bien fonctionner, mais le client lourd est plutot sommaire et le drag and drop ne fonctionne pas.

Les autres plus de Rosa :
  • Des applis maison
  • Video player, stockage de données en ligne, helpdesk !
  • Une finition graphique top
  • Rien à redire c'est beau et fluide.
  • Paquets récents
  • Une des meilleurs bibliothèque de package.
  • systemd
  • Que l'on aime ou pas c'est devenu un standard.
    Préférable à un systeme maison peu developpé (je ne connais pas l'historique de mandriva).
Un peu plus réservé sur :
  • L'installer
  • Une vraie catastrophe en tout cas en live mode.
  • Le systeme de paquet
  • Les commandes en lignes sont vraiment mystiques.
  • SimpleWelcome
  • SimpleWelcome qui remplace kmenu et qui au final est pas si pratique
  • Le look
  • Très bien fini il n'empeche que ca n'a aucune originalité, très conservatero-windows-ringard ...
  • Le choix de packages par défaut
  • Il manque tous les plasma standard, certains grand standards pour le desktop comme Gimp.


Il faut maintenant voir la stabilité sur le long terme, l’expérience de l'installation a été un cauchemar, j’espère que la maintenance ne le sera pas.
La distro est clairement orientée grand public, ca pourrait bien le faire car facile à utiliser et bien pensé et semble avoir un écosystem assez riche.
Le choix de Mandriva en base est peut être un peu handicapant sur la pérennité du produit ?
Ce n'est pas génant pour les amateurs mais coté professionnel il est toujours difficile de gérer plusieurs saveur de linux, la version serveur basée RedHat et mandriva pour les postes ???