Je continue d'utiliser régulièrement Siduction, et je dois avouer que ca fonctionne très bien.
Une sorte de Debian rolling release bien achalandée.
Les mises à jour se passent bien, le kernel est récent , les packages moins mais ca reste acceptable (niveau ubuntu).
Habitué à networmanager, le couple ceni/knemo fait parfaitement son office sans bug ni tracasseries.
Coté Debian on retrouve aussi un grand nombre package sans avoir a passer par des ppa ou autres trucs qui cassent les dependances, c'est confortable.
Pour l’écriture en japonais il faut faire des manips système.
Malheureusement pas intégré à KDE, j'ai pourtant lancé le topic sur le forum KDE sans grand succès.
En bref il faut installer :
  1. Des binaires
  2. ibus ibus-anthy ibus-qt4 kasumi locales im-switch
  3. Des fontes
  4. ttf-kochi-mincho ttf-kochi-gothic ttf-sazanami-mincho
  5. Configure son systeme en UTF8
  6. N'importe le quel convient du moment que c'est UTF8. Mon systeme :
    root@siductionbox:~# grep -v '#' /etc/locale.gen 
    en_US.UTF-8 UTF-8
    fr_FR ISO-8859-1
    fr_FR.UTF-8 UTF-8
    ja_JP.EUC-JP EUC-JP
    ja_JP.UTF-8 UTF-8
    root@siductionbox:~# locale-gen 
    Generating locales (this might take a while)...
      en_US.UTF-8... done
    Ou bien
    dpkg-reconfigure locales
Une seule bizarrerie, au login le .xprofile ne semble pas (comme dans cette page) fonctionner mais il faut lancer la commande :
im-switch -c
ibus-setup
Lors de ibus-setup choisir anthy dans input method (une autre approprié pour chinois ou koréen).
A noter que im-switch est une interface zenity en shell qui semble ajouter les packages manquants.
Le resultat est la creation de /home/pierre/.xinput.d/ qui est un lien vers /etc/X11/xinit/xinput.d/ibus.
Ca me semble une meilleure solution mais mais ... sous gentoo le même fichier s'appelle ibus.conf.
Il faudra donc que je garde les 2 méthodes.

以上です